Journal de confinement J55 – Le monde d’après

J’ai un peu disparu de la circulation ces trois dernières semaines, ne publiant plus régulièrement par ici. Ce n’était pas le manque d’envie, ni d’idées, mais plutôt je crois, une envie de me concentrer sur mes apprentissages personnels et de laisser filer le temps. Et le temps a filé très vite, dans une torpeur, parfois délicieuse, parfois répétitive, parfois productive. Les jours se ressemblent, la vie défile et en un clin d’oeil, nous en sommes déjà à la veille du déconfinement. Et nous parlons tous et toutes du monde d’après…

Le temps du déconfinement est venu…

55 jours de confinement, 60 jours pour ma part et pour certains d’entre nous. Je crois que je resterai encore confinée quelques jours et que les semaines à venir s’annoncent pour moi sous le signe d’une reprise en douceur et raisonnable. Je fais partie des chanceux qui travaillent depuis la maison et mon sabbatique se termine dans une semaine, alors la reprise du travail sera depuis chez moi. Je n’ai pas d’impératif, ni d’envie ou besoin à assouvir de manière urgente, alors je vais observer un peu ce qui se passe, avant de repartir “dans la mêlée”. Mon expatriation est en attente et c’est un peu la seule chose que j’attends de voir se dénouer, pour savoir si je vais pouvoir emménager ou pas au Royaume-Uni. J’ai des soins dentaires à terminer, un rendez-vous pour un don du sang la semaine prochaine et l’envie de voir l’océan. C’est à peur près tout et il n’y a pas d’urgence. Alors demain, pour moi, sera un jour comme les autres, un jour confiné parmi tant d’autres, si ce n’est que je pourrais aller marcher plus loin que mon kilomètre lors de ma ballade quotidienne et redécouvrir le monde qui m’entoure. Je prévois de me déconfiner, comme j’aimerais que le monde se déconfine. Doucement, à petits pas, avec du sens, de la raison et du coeur.

Evidemment, beaucoup se demandent quelle est la première chose qu’ils feront au déconfinement, quelle est la chose qui leur a le plus manquée, qu’est-ce qu’ils ne ne prendront plus jamais pour acquis, qu’est-ce qui était essentiel? Je ne vous cache pas que j’ai ma petite liste aussi, et certaines des choses sur ma liste ne seront pas faisables avant bien longtemps, mais je sais aussi que je n’ai pas besoin de me précipiter, qu’il y aura bien assez le temps pour le faire dans les mois et les années à venir. Des longues randonnées, des concerts, écrire dans un café, voir les amis et la famille sont sans doute les expériences qui me manquent le plus. Mais je ne suis pas inquiète ou impatiente pour ces choses-là.

Est-ce le temps du monde d’après?

Bien sûr, tout le monde s’interroge sur le monde d’après, sur si les choses vont changer ou non, en mieux ou en moins bien… Des dérives autoritaires, technologiques, nationalistes, économiques et sociales pointent déjà le bout de leur nez. On s’en doutait un peu (beaucoup!). On espère des avancées sociales et environnementales, mais je n’ai pas l’impression que ce soit le programme que l’on nous réserve. Alors, évidemment, il ne s’agit pas de s’abandonner à la fatalité et à l’engourdissement aveugle et j’espère que beaucoup d’entre nous, s’engageront pour changer les choses. Parce que cette crise n’est sans doute que la première de longues années et décennies difficiles. Il ne s’agit en aucun cas d’être pessimiste, mais d’être réaliste et de se préparer, psychologiquement, matériellement, politiquement et philosophiquement parlant. Quand on a fait le deuil de certaines choses à l’avance, il est bien plus facile d’y faire face quand l’on y est forcé. Je suis convaincue que d’avoir fait plusieurs deuils face à l’effondrement à venir m’a permis d’envisager cette période compliquée de manière plus sereine. Et je continuerai ce travail dans les mois à venir.

Mon monde de l’après

Et puis, il y a ce que l’on va faire de manière individuelle, ces résolutions qu’on prend, que j’espère nous tiendrons. J’espère que nous aurons bien appris ces leçons auxquelles nous avons été confrontés violemment ces deux derniers mois. Alors, que vais-je faire pour ma part suite à cette période? Quelles sont mes résolutions?

Comme je le disais, j’ai commencé mon cheminement en ce sens depuis des années et j’ai effectué beaucoup de changements ces derniers mois et ces dernières années. Le confinement n’a fait que confirmer certains de ces choix. Pescétarienne, puis végétarienne depuis trois ans, vegan stricte depuis quatre mois, ayant renoncé à prendre l’avion à tort et à travers, travaillant à la maison depuis 7 ans, n’ayant jamais été accro du shopping, faisant tous mes trajets à pied ou en transports en commun quand je suis dans une ville, certains de ces choix sont pour moi faciles, comme des évidences. Le confinement m’a aussi permis d’accélérer certaines choses, ou plutôt de me lancer sans peur. J’ai ainsi pris et annoncé ma retraite de blogueuse de voyage professionnelle il y a une semaine. Cela m’a permis de me recentrer sur ce que je voulais professionnellement et ce qui avait du sens.

Alors aujourd’hui, je m’engage plus que jamais à poursuivre une carrière professionnelle qui a du sens. Je m’engage aussi à faire ce que j’aime, à être moi-même sans honte, à ralentir encore plus le rythme pour ne pas repartir dans un burn-out. Je décide de remettre le travail à sa juste place, mais aussi de suivre mon intuition quand j’en suis capable et de m’engager auprès de ma localité quand j’aurais déménager. Et le plus important je crois, c’est tout simplement d’être qui je suis, sans jamais m’excuser de l’être, de ce que je représente, de mes valeurs, de mon passé, de mes défauts, de mes qualités. Cela ne plaira sans doute pas à certains et j’ai passé de nombreuses années à faire des compromis avec moi-même, mais je sais aujourd’hui que cela ne mène à rien de bon. Si l’on arrêtait tous de faire des choix pour plaire aux autres ou à la société, on se porterait bien mieux dans de nombreux domaines. Alors, c’est ce que j’ai décidé consciemment de faire. Et vous, à quoi ressemblera votre monde d’après?

Aujourd’hui, à ma fenêtre, alors que l’orage gronde et que la pluie tombe, j’entends les oiseaux, les grillons, les insectes. Je vois un chat, des oiseaux, un jardin sauvage. C’est si beau. Je m’inquiète pour le monde d’après, mais je sais aussi que je ne peux pas contrôler les événements. Je peux contrôler mes choix, mes pensées, et la manière dont je me comporte dans ce monde. Je peux contrôler mon engagement. Ce que j’ai envie de faire de ma vie et de contribuer au monde. Alors, c’est ce que je décide de faire. Le reste sera, quelque soit les pensées et l’inquiétude que je ressasse. Le monde d’après sera et je me réjouis de le découvrir et de le construire. Mais pas trop vite, je ne veux pas me brûler les ailes.

Journal de confinement

Voici les précédentes éditions, et les suivantes, de ce journal de confinement. Il contient des réflexions diverses sous différents formats. Bonne lecture!

J1 – Santé mentale et confinement: quelques idées et réflexions pour préserver sa santé mentale.
J2 – Ode à la marche
J3 – Les Fantômes du passé
J4 – La peur
J5 – Silence
J6 – Etre une voyageuse au temps du Coronavirus (à lire sur mon autre blog)
J7 – La vie continue – Life goes on
J8 – Banalités
J9 – Ressources pour bien vivre le confinement
J10 – Privilèges
J11 – Revenir au corps et aux sens
J14 – Les certitudes
J17 – Home is within
J21 – 5 exercices et pratiques pour mieux se connaître
J26 – L’ennui
J55 – Le monde d’après

PS: Le livre Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce de Corinne Morel est disponible en accès libre sur le site de l’éditeur. Je ne l’ai pas encore lu, mais ça paraît bien à propos!

Lucie Aidart

4 réflexions sur « Journal de confinement J55 – Le monde d’après »

    1. Bienvenue par ici Tiphanya, cela me fait plaisir de te retrouver par ici 🙂 Oui, ce vrai côté du blogging me manquait aussi, dans l’écriture, mais dans la lecture! Et non, ne t’inquiètes pas, pas de voyeurisme ici, je n’écris et ne publie que les choses que j’ai déjà assimilées et que je suis prête à partager avec le monde. Mon jardin secret est aujourd’hui mille fois plus grand qu’il ne l’était au temps de Voyages et Vagabondages 🙂

  1. Je me reconnais encore une fois dans tes mots et ressentis. C’est agréable de voir que nous sommes tout de même plusieurs à être en équilibre sur tous ces sujets, de naviguer doucement et de s’y sentir finalement pas trop mal pour continuer à balancer tranquillement vers ce dont on a vraiment envie.

    Et j’ai récupéré le bouquin aussi! 😉

    1. Merci pour ton commentaire. Je pense qu’il est important que l’on partage tous et toutes nos ressentis, pour nous rendre compte au final que l’on n’est pas si seul-e dans nos évolutions! Tu as lu le bouquin? Moi pas encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page